30° Degrés Magazine - Jody MacDonald

Jody MacDonald
l’Aventurière

Texte: 30° Degrés Magazine: Claude Hervé-Bazin | Photo: Jody MacDonald

Jody MacDonald est une exploratrice dans l’âme. Sa vie est un (long) voyage accumulant les périples et les péripéties, une Aventure avec un grand A. Sportive accomplie, elle n’essaye pas d’être au plus près de l’action, mais toujours dans l’action.

« J’ai passé les 13 premières années de ma vie en Arabie Saoudite. J’ai eu la chance de beaucoup voyager dans mon enfance, de percevoir ainsi l’ampleur, la diversité de notre monde et sa beauté. C’est là, sans doute, que je puise cet instinct de découverte qui me pousse à explorer les lieux les plus isolés et exotiques de la planète. »

Une odyssée autour des mers
Avant d’être photographe, Jody est une sportive émérite. Surf, kitesurf, parapente ont occupé ses loisirs, puis ses jours, ses semaines et ses mois, bien avant qu’elle ne songe à en faire un métier. Quel métier, d’ailleurs ? Jody est photographe, mais ce n’est pas un métier : c’est une passion. Elle est aussi copropriétaire d’Offshore Odysseys World Expeditions, une agence de voyage très particulière, intimement liée à son évolution de carrière… Une agence itinérante, amarrée à un seul voilier, qui accueille des clients passionnés par sessions de 10 jours au fil d’un invraisemblable voyage autour des océans.
La Best Odyssey, puis le Cabrinha Quest ont ainsi butiné de côtes perdues en îles inconnues pendant près de douze ans. Les escales font saliver : archipels polynésiens des Tuamotu et des Australes, îles San Blas panaméennes, confettis turquoise des Roques vénézuéliennes, Patagonie sauvage, îles extérieures de Fidji et du dernier royaume du Pacifique, Tonga, Papouasie, Micronésie de bout en bout, d’atoll en atoll, d’îles hautes en récifs secrets… Autant de lieux retirés du monde, souvent dépourvus d’aéroport et même de routes, que seul le bateau permet d’approcher. Une authentique tranche de rêve aux relents d’explorations, l’occasion rare de pouvoir participer – ne serait-ce qu’un bref moment – à une épopée dont on pourrait lire le récit dans un livre d’Aventure.
À bord : des journées rythmées par une session de surf sur un break inconnu, un survol en kiteboarding d’un récif à peine porté sur les cartes marines, une escale à la rencontre de peuples isolés, d’autant plus accueillants que les visiteurs sont rares. Principal inconvénient : « devoir vivre une décennie durant avec le mal de mer » !

Sportive et esthète
C’est au fil du temps et des navigations que Jody MacDonald est devenue photographe. Comment traverser ces merveilles sans avoir envie de les immortaliser ? « Toutes ces années en mer m’ont donné l’incroyable occasion de me perfectionner, jour après jour. C’est ainsi que, de simple amatrice, je suis devenue photographe professionnelle. »
Les images de surf, kitesurf et parapente ont naturellement la part belle parmi les clichés de Jody, mais elles dépassent le simple cadre du sport pour épouser une quête de sens. Loin des réalités du monde actuel, de la pollution et des bouleversements climatiques, l’homme y apparaît souvent comme un simple figurant dans une nature sauvage encore dominatrice. L’espoir ? « Inspirer les autres, donner envie de protéger cette planète qui est la nôtre ».
Pour mieux convaincre, Jody montre le beau. C’est l’œil d’une esthète qui saisit l’ombre portée des dunes mozambicaines au crépuscule, la lumière qui irradie les fonds sous-marins polynésiens, les dégradés des montagnes de l’Alaska et le miroir des eaux philippines. Et que dire des clichés tout en douceur de Rajan, le dernier éléphant nageur, rencontré aux Andaman, quelque part au large de l’Inde ? Ces photos ont valeur de témoignage : Rajan est mort depuis, à l’âge vénérable de 66 ans, entraînant avec lui la mémoire de ces pachydermes contraints d’apprendre à nager en mer pour livrer aux bateaux les grumes arrachées à la forêt – avant que l’abattage des arbres ne soit interdit dans l’archipel. Aujourd’hui, l’image nous parle de l’improbable, de la magie du lointain, de la beauté du monde.

Intarissable
Jamais à court d’idées, Jody s’est offert en 2016 un voyage peu ordinaire, à bord du train mauritanien traversant le Sahara entre la ville minière de Zouerate et le port de Nouadhibou. Qu’importent les tempêtes de sable, l’inconfort du voyage, les 50° C au soleil et le risque d’enlèvement lié à la présence en ces terres des combattants d’Al-Qaida au Maghreb Islamique. L’appel de l’aventure a été le plus fort. Jody en a ramené un cliché des plus incongrus, récompensé par un Premier Prix au concours Red Bull Illume : celle de son frère chevauchant l’interminable convoi de minerai de fer (3 km de wagons !), chèche sur la tête, planche de surf à ses pieds, regard perdu dans l’immensité du désert… Au final, pas de foule dans l’eau, loin s’en faut, mais quelques surfeurs locaux et de bons breaks.
Plus récemment, Jody a traversé l’Inde en rickshaw et documenté les conflits entre hommes et éléphants dans le pays. Elle s’apprête à repartir en Alaska, puis enchaînera avec la Papouasie, avant une nouvelle étape cruciale : le lancement, en toute fin d’année 2018, du Cabrinha Quest II, successeur désigné du catamaran précédent, qui a jeté l’ancre pour de bon au printemps 2018. L’aventure continue.

www.jodymacdonaldphotography.com
www.offshoreodysseys.com

FacebookTwitterEmailPinterestAddthis
Fermer