30° Degrés Magazine - David Carlier

David Carlier
« J’aime les photos qui racontent des histoires »

Texte: 30° Degrés Magazine: Laurent Grabet | Photo: David Carlier

Est-il photographe ou alpiniste ? Les deux, mon commandant ! Très apprécié des professionnels de la montagne pour sa connaissance du milieu, David Carlier aborde avec nous sa passion de la photo et de l’aventure en nous présentant quelques-uns de ses plus beaux clichés.

Comment vous est venue l’inspiration de réaliser cette photo montrant Géraldine Fasnacht en wingsuit dans la nuit, au-dessus du Grand Combin ?

De manière générale, la bonne photo s’impose, un peu comme les mots finissent toujours par surgir sur la page blanche de l’écrivain. Dans ce cas particulier, Géraldine voulait quelque chose de nouveau. J’ai rapidement pensé à équiper sa combinaison de LED, sur le modèle de photos déjà réalisées dans le monde du ski. On a adapté le concept à la nuit en haute altitude, à 5000 m, au-dessus d’un glacier, ce qui ne fut pas une mince affaire. Mais le résultat est à la hauteur des espérances. C’est une image encore jamais vue.

Ce projet illustre votre manière de travailler : vous gérez quasiment tout de A à Z…

Mon grand plaisir est effectivement d’imaginer des photos, puis de tout mettre en œuvre pour les réaliser, de la conception, au financement, à la sélection de l’équipe, jusqu’au clic clac, au développement et même à la distribution. En définitive, la partie photo ne représente guère que 10 % de mon travail – surtout à l’heure où un appareil pro peut s’acquérir pour 1500 francs et que des tas de gens parviennent à faire de belles photos parfois avec leur seul téléphone portable !

Cette polyvalence est l’une de vos principales particularités en tant que photographe. Comment l’avez-vous aiguisée ?

J’ai travaillé tour à tour comme trader dans la finance, concepteur de sites web et community manager indépendant, mais aussi comme directeur de la communication sur le Freeride World Tour. Ces expériences me sont d’une grande aide, tout comme mon amour de la montagne, qui m’avait poussé à vouloir devenir guide et m’a permis d’acquérir suffisamment de technique et de condition physique pour pouvoir accompagner de super athlètes au plus près de leurs exploits. Au fil du temps, dans tous ces mondes, j’ai forgé de belles amitiés et tissé un solide réseau. Le fait de vivre en Suisse dans un petit périmètre où se trouvent tant de sportifs, de marques et de montagnes magnifiques à explorer aide aussi beaucoup !

Aujourd’hui, vous tendez de plus en plus vers le reportage, voire le photojournalisme…

Je suis photographe professionnel, essentiellement dans le monde de l’outdoor, depuis environ 5 ans et, dans un horizon de 5 ans, je me vois effectivement partager mon temps entre sport et reportage. J’ai bientôt 45 ans et je dois penser au jour où je ne pourrai plus courir à droite et à gauche… Mais au-delà de ce côté assez terre à terre, c’est surtout une envie profonde qui m’habite: celle d’explorer d’autres univers, de raconter d’autres histoires en images et de pouvoir avoir un impact sur les gens qui les regarderont. J’aimerais mettre mon objectif au service de causes qui me tiennent à cœur comme la défense de l’environnement ou le combat contre le réchauffement climatique. Couvrir des crises humanitaires aux côtés d’un grand reporter, ou évoluer dans des univers que je maitrise moins que ceux de la montagne et de la navigation (ndlr : David Carlier a aussi un brevet de skipper en haute mer !), me plairait beaucoup.

Sur votre site, plusieurs clichés témoignent déjà de ces aspirations plus artistiques que peu de gens vous connaissent…

Oui. On y voit notamment l’une de mes photos préférées – en tout cas la seule que je conserve en permanence dans mon portefeuille. Chaque fois que je tombe dessus, cela me met en joie et me rappelle qu’en photographie, l’œil réagit toujours plus vite que le doigt ou le cerveau ! Sur ce cliché « volé » lors d’un voyage en Inde, on voit un mendiant aveugle qu’ignore superbement un couple apparemment en train de se disputer. Ce que j’aime, c’est que cette image peut susciter quantité d’interprétations. J’aime aussi beaucoup une autre de mes images représentant un bateau à voile rouge flou filant vers l’aventure. En fait, j’aime les photos sales, floues et imparfaites qui nous racontent des histoires. Bref, tout le contraire de ce pour quoi je suis généralement reconnu !

www.davidcarlierphotography.com

FacebookTwitterEmailPinterestAddthis
Fermer