30° Degrés Magazine - Scott

Scott
l'innovation dans le sang

Texte: 30° Degrés Magazine: Laurent Grabet | Photo: Sedrik Nemeth | Parution: juin 2018

Pionnière du mountain bike haut de gamme, la marque Scott, basée à ­Givisiez (FR), célèbre cette année ses 60 ans d’existence. Belle occasion de revenir sur une incroyable « success story » avec son vice-président, l’ex-cycliste professionnel suisse Pascal Ducrot.

La marque Scott produit près de 500'000 vélos par an et tire de cette activité 80% de son chiffre d’affaires. Pour les fins connaisseurs du monde du cyclisme, le nom de Pascal Ducrot est indissociable de cette « success story ». Le fringant Thurgovien, aujourd’hui âgé de 52 ans, occupe le poste de vice-président de la célèbre société américaine, implantée à Givisiez, en banlieue de Fribourg. C’est un grave accident en course qui a poussé cet ex-cycliste sur route professionnel chez Scott à l’âge de seulement 25 ans. A l’époque, l’entreprise, leader mondial dans le secteur des bâtons de ski, le charge de lancer sa gamme de vélos de route. Le succès est rapidement au rendez-vous. Scott s’affirme désormais, et depuis près de deux décennies, comme l’un des leaders mondiaux du mountain bike haut de gamme. A l’heure où la marque fête ses soixante ans, Pascal Ducrot revient pour 30 Degrés sur cette saga, dans laquelle il a joué un rôle majeur.

Scott est actuellement l’une des marques de cycles les plus connues au monde. Ses débuts furent pourtant timides ?
L’entreprise a été fondée en 1958 dans l’Idaho, aux Etats-Unis, par Ed Scott. C’est lui qui a inventé les premiers bâtons de ski en aluminium, alors qu’ils étaient tous en bambou auparavant. L’entreprise s’est ensuite diversifiée dans les masques de ski, puis de motocross. Comme beaucoup, Scott s’est lancé dans le VTT au début des années 90, à une époque où ils se vendaient comme des petits pains. Techniquement, ce n’était pas encore ça ! Les deux premières années, l'entreprise s'est contentée d’acheter des vélos en Asie et de les repeindre en y apposant la marque Scott. Puis nous avons décidé de faire nos propres vélos…

Dès ce moment-là, vous misez sur l’innovation…
Scott a l’innovation dans le sang depuis le début. Notre slogan, « Innovation Technology Design », le souligne bien. Notre fondateur était un pionnier dans un marché de niche. Nous n'avons fait que continuer dans ses pas. Dans le VTT, l’une de nos premières grosses révolutions a été l’introduction de la fourche télescopique qui a remplacé depuis longtemps l’antique fourche droite. Chez Scott, le dynamisme et la flexibilité sont centraux, tant au niveau technique qu'au niveau commercial. Un vrai mantra.

Pourriez-vous nous raconter le tournant du passage aux cadres carbone ?
Ces cadres légers et réactifs ont fait leur apparition sur les vélos de route. Le jour où j’en ai vu un, j’ai pensé qu’il fallait absolument adapter cette technologie au VTT. A l’époque, personne n’y croyait : le mountain bike implique des chocs auxquels les technologies carbone d’alors ne pouvaient résister. Mais nous avons réussi à sortir l’Endorphin, le premier VTT à cadre carbone monocoque du monde. Quelque mois plus tard, notre champion Gary Ford remportait la première édition de la coupe du monde de VTT sur ce vélo. Scott a effectué une transition ultrarapide des cadres acier aux cadres carbone, sans se focaliser trop sur l’aluminium comme ses concurrents. Aujourd’hui, nos meilleurs cadres pèsent moins de 700 grammes ! Le poids a toujours été une obsession pour nous. Résultat : nous avons toujours présenté sur le marché les mountain bikes et les vélos de route les plus légers de leur catégorie.(...)

Pour lire la suite, abonnez-vous ! cliquez ici !

FacebookTwitterEmailPinterestAddthis
Fermer