30° Degrés Magazine - Hôtel Escondido

Hôtel Escondido
Au bout du monde, ou presque

Texte: 30° Degrés Magazine: Claude Hervé-Bazin | Photo: DR

Pas bien loin de Puerto Escondido, La Mecque mexicaine du surf, le littoral pacifique déroule des kilomètres et des kilomètres de sable fin dans une solitude à peine troublée par quelques rares hameaux. Ici s’ancre l’Hotel Escondido, couleurs éclatantes en bandoulière et promesse de paix assurée.

Le long de l’unique route longeant à distance la côte pacifique, bananiers, cocotiers et broussailles se partagent la vedette avec les sempiternels reductores de velocidad destinés à ralentir un trafic pourtant très sporadique. De loin en loin, des écriteaux de bois griffonnés au marqueur invitent à une halte : cocos fríos, annoncent-ils. Cent mètres plus loin, la palapa est là. Une pauvre bicoque bancale coiffée de palmes, abritant trois chaises en plastique. Dans un réfrigérateur, alimenté par Dieu sait quel miracle, l’objet du désir : des noix de coco bien fraîches, à boire à la paille, distillant leur doux nectar à petites gorgées.
Las Hamacas passe. Pas vraiment un village, quelques murs à l’orée de la vaste lagune de Manialtepec et une première invitation à lézarder. Des vaches – non, des zébus, plutôt – prennent l’indication au sérieux, méditant à l’ombre des cocotiers sur un lit d’herbe rase. A moins qu’ils ne broutent négligemment.

Caché, bien caché…
Au Km 113, une vague piste cabossée défie de quitter le cordon ombilical de la CF (Carretera Federal) 200, seule valeur sûre de la région. Les roues glissent sur la terre sableuse, regimbent entre ravines et racines, pour butter finalement sur un tronçon de côte désert. L’hôtel Escondido est là, amarré sur un ruban de sable qui court, ininterrompu ou presque, de la frontière guatémaltèque jusqu’à la lointaine Acapulco. Où que l’on regarde, le littoral de l’Etat d’Oaxaca s’enveloppe de cette écharpe de plages, qu’emmitouflent tantôt des bonnets de cocotiers hauts comme les gratte-ciel de Mexico, tantôt, comme ici, des parterres de cactus aux piquants acérés. (...)

Pour lire la suite, abonnez-vous ! cliquez ici !

FacebookTwitterEmailPinterestAddthis
Fermer